Le début de soirée du 4 août 2020 à Beyrouth semblait être la conclusion typique d’une journée chaude. L’année a été drastique, avec la pandémie de Covid-19 à son apogée et les troubles civils qui ont éclaté dans le monde entier. Mais le Liban n’oubliera jamais le coup dévastateur porté à la nation déjà paralysée qui allait arriver cette nuit-là.

Source: Wikipedia

Un incendie dans l’entrepôt du port de Beyrouth a déclenché plus de deux tonnes de nitrate d’ammonium. Ce produit chimique inflammable y a été conservé pendant six ans, le tout sans précautions de sécurité. L’explosion qui en a résulté a détruit quinze milliards de dollars de propriétés, blessé plus de sept mille habitants et tué 218 personnes. Plus de trois cent mille personnes ont également perdu leur maison à cause de l’explosion.

L’explosion de Beyrouth a déclenché un séisme de magnitude 3,3 à travers le Liban. L’explosion était si tonitruante qu’elle était audible à des centaines de kilomètres. Les gens de Chypre et de l’Europe du Sud-Est l’ont également perçu. Pour cette raison, les scientifiques disent qu’il s’agit de l’une des explosions non nucléaires et non naturelles les plus destructrices de tous les temps.

Outre les destructions qu’elle a provoquées, l’explosion de Beyrouth a déclenché des manifestations dans tout le pays.

Les informations que nous connaissons maintenant

La pauvreté du Liban. L’économie libanaise a toujours été dans la pauvreté. Mais la nation s’aggravait de plus en plus. Le gouvernement s’est endetté, la monnaie a perdu une grande partie de sa valeur et le taux de pauvreté a grimpé de plus de 50 %. Puis, la pandémie de Covid-19 est arrivée. Le système de santé libanais a été débordé, faute de fournitures, d’équipements et de fonds essentiels pour lutter contre l’épidémie.

La valeur du port. Le port de sa capitale est la porte d’entrée des cargos transportant des marchandises vitales et des ressources d’infrastructure. Outre son impact économique, le port de Beyrouth comprend une base navale, des entrepôts et des terminaux. Le port contient également des silos avec 120 000 tonnes de céréales et de céréales. Cet approvisionnement peut aider la nation en période de famine et de crises alimentaires.

Le cargo. En 2013, le cargo MV Rhosus a quitté la Moldavie. Il transportait 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium chimique destiné à être livré au Mozambique. Là, il deviendra fabriqué en explosifs miniers.

Mais pour une raison quelconque, ce navire rempli de substances explosives a été contraint d’accoster à Beyrouth. Certains disent que le moteur du cargo a été compromis, tandis que d’autres prétendent que les propriétaires ont des accords louches avec le Hezbollah. Il est également possible que l’armateur n’ait pas les moyens de payer pour le canal de Suez. Néanmoins, le cargo et son nitrate d’ammonium se sont retrouvés coincés dans le port de Beyrouth.

En 2014, l’autorité portuaire a déclaré que le MV Rhosus ne pouvait pas voyager en raison de dommages. Lorsque ses propriétaires ont fait faillite un an plus tard, le reste de l’équipage est parti. Le gouvernement libanais a pris le navire après avoir accumulé plus de 100 000 $ de frais portuaires. Ensuite, comme indiqué par l’ordonnance du tribunal, ils ont placé les tonnes de produits chimiques dans l’entrepôt 12 du port. Le MV Rhosus y a coulé en 2018.

Au fil des ans, les responsables du port ont supplié le gouvernement d’y éliminer les produits chimiques dangereux. Ils ont suggéré que ceux-ci soient vendus ou donnés à l’armée nationale. Cependant, il n’y eut pas de réponse.

Que s’est-il passé le 4 août 2020 ?

Alors que le soleil commençait à se coucher, l’entrepôt 12 était en feu. Il contenait du nitrate d’ammonium et une collection de feux d’artifice. Un peloton de pompiers et un ambulancier se sont précipités pour éteindre l’incendie, mais ils savaient que l’incendie deviendrait rapidement incontrôlable. Il y a eu une explosion, peut-être causée par le feu d’artifice. Des explosions lumineuses de feux d’artifice ont traversé l’épaisse fumée et l’explosion initiale a compromis l’entrepôt. 

Trente-cinq secondes plus tard, la fameuse explosion a eu lieu. Il a déclenché une explosion rouge recouverte de nuages ​​blancs causée par le dioxyde d’azote et une chaleur intense. Après tout, les tonnes de nitrate d’ammonium ont déclenché une explosion similaire à 1 155 tonnes de TNT.

Les victimes comprenaient des étrangers de plus de vingt pays, dont la plupart sont des Bangladais. Parmi les blessés figuraient des soldats de la paix de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban. L’explosion a paralysé de façon permanente 150 résidents.

Les membres du peloton de premiers intervenants sont tous morts sur le coup. Parmi les victimes figurent Nazar Najarian (le chef du parti politique chrétien du pays) et Jean-Marc Bonfils (un célèbre architecte libanais).

Qu’est-ce qui a causé l’explosion de Beyrouth ?

Bien que les détails spécifiques de cette tragédie restent à déterminer, une chose est sûre. L’explosion de Beyrouth est la conséquence de la mauvaise gestion, de la corruption et de l’inaction du gouvernement.

Selon la Société libanaise de radiodiffusion, l’incendie s’est déclaré à cause de soudeurs travaillant à la porte de l’entrepôt 12. Il a déclenché les sacs de feux d’artifice, qui ont été confisqués et stockés là comme un produit dangereux. D’autres théorisent que les munitions sont impliquées dans la catastrophe.

Quelles ont été les conséquences de l’explosion de Beyrouth ?

L’explosion était si intense qu’elle a renversé des voitures et plié les cadres des bâtiments voisins. Il a laissé un cratère de 40 mètres de profondeur et de 124 mètres de large. En outre, des maisons et des établissements situés à une dizaine de kilomètres du port ont également été détruits, laissant des centaines de milliers de résidents sans abri.

Les 15 milliards de dollars de dommages et de pertes comprennent 90% des hôtels et trois hôpitaux de la capitale. La plupart des fenêtres et des panneaux de verre à Beyrouth ont été détruits.

L’hôpital Saint George, l’un des principaux hôpitaux du Liban, était à quelques mètres de l’explosion qui s’est en grande partie effondrée. Des patients ont dû être sortis de l’hôpital décimé tandis que quatre infirmières sont décédées. Le principal musée du Liban, le musée Sursock, a également été détruit.

L’explosion a également détruit le siège de la Fédération internationale de basket-ball Asie et de nombreuses ambassades.

L’explosion de Beyrouth a brûlé les réserves de céréales du Liban stockées dans le port, aggravant la pauvreté et la pénurie alimentaire du pays. La nation a perdu plus de quinze tonnes de céréales. Heureusement, les silos ont protégé l’ouest de Beyrouth de la pleine puissance de l’explosion.

Quels ont été les effets immédiats de l’explosion de Beyrouth ?

Un jour après l’explosion, la nation a pleuré comme indiqué par le Premier ministre libanais. Le gouvernement a ensuite placé le Liban sous état d’urgence pendant deux semaines. Il a offert de l’aide aux victimes qui ont perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance, en particulier celles qui ont été blessées par l’explosion.

Le gouverneur de Beyrouth est tombé en panne à la télévision nationale, qualifiant l’événement de catastrophe. Les civils ont aidé leurs semblables en faisant des dons de nourriture, en aidant des organisations non gouvernementales et en nettoyant les routes des débris.

L’explosion de Beyrouth a également déclenché des troubles politiques. De nombreux parlementaires et un ambassadeur ont démissionné pour protester contre le gouvernement. Au moins une centaine de manifestants se sont à nouveau rassemblés près du parlement, exigeant la démission des fonctionnaires.

En réponse, le Premier ministre a déclaré qu’il y aurait des élections anticipées pour résoudre la crise. Les ministres de l’Information, de la Justice et de l’Environnement ont démissionné. Peu de temps après, tout le cabinet et le premier ministre ont démissionné.

Et maintenant?

Au cours des mois suivants, l’enquête a donné plus de mystère à l’explosion de Beyrouth. Mais les détails qu’il a découverts incriminent davantage le gouvernement libanais.

Une semaine après l’explosion, l’administration libanaise a créé un comité dirigé par le Premier ministre. Ils ne comprenaient aucune sonde ou enquêteur international. Leur première démarche a été de placer les autorités portuaires en résidence surveillée. Ensuite, ils ont arrêté le directeur général et le directeur général du port. Ces fonctionnaires ont été interrogés par l’armée et les juges nommés.

Par la suite, le parquet libanais a demandé à Interpol d’arrêter le propriétaire du MV Rhosus. Le Premier ministre a été poursuivi pour sa négligence, y compris son ancien ministre des Finances et les ministres des Travaux publics.

En avril 2021, le gouvernement a libéré six détenus prétendument responsables de la préparation de l’explosion. Cinq mois plus tard, le projet de signalement du crime organisé et de la corruption a établi un lien entre les sources potentielles de nitrate d’ammonium. Ils ont pointé du doigt Savaro Limited, une entreprise syrienne d’explosifs, et une entreprise chimique ukrainienne. Curieusement, le rapport de l’OCCRP indique que seulement 20 % du nitrate total stocké est resté dans l’entrepôt au moment de l’explosion. La question est, où étaient les autres produits chimiques ?

Le caractère hautement politique de l’explosion et des enquêtes a déclenché des violences à Beyrouth. Le 14 octobre 2021, les chiites Amal et le Hezbollah ont manifesté devant le palais de justice. Ils accusent les juges d’être politiquement biaisés. Mais cette manifestation est devenue violente lorsqu’ils ont échangé des coups de feu avec d’autres partis. Six personnes ont été tuées, tandis que trente ont été blessées.

Depuis les conséquences de l’explosion de Beyrouth, les relations internationales du Liban avec Israël se sont détériorées. Certains politiciens israéliens ont célébré cette tragédie, la décrivant comme un cadeau de Dieu et un feu d’artifice. Les théories du complot abondent également sur l’implication présumée d’Israël, mais les politiciens libanais et du Hezbollah l’ont nié.

Les États membres des Nations Unies ont exprimé leur sympathie avec le Liban et ont fourni de l’aide. Israël et le Liban n’ont pas de relations diplomatiques, ils ont donc rejeté l’aide et les offres d’Israël.

La Charte internationale Espace et catastrophes majeures a mobilisé des satellites pour soutenir les efforts humanitaires à Beyrouth. Les nations ont manifesté leurs condoléances et leur soutien au Liban à travers leurs monuments. Par exemple, la Tour Eiffel ne s’est pas éclairée à minuit. La mairie de Tel Aviv arborait les couleurs du drapeau libanais, tandis que la Ligue arabe le mettait en berne.

Plus important encore, l’explosion a rendu les pays prudents quant au stockage de produits chimiques explosifs. En Égypte et en Inde, ils ont retiré les tonnes stockées de nitrate d’ammonium pour réduire les risques d’accidents. 

Catégories : Général

Nicolas Desjardins

Bonjour à tous, je suis le rédacteur en chef de SIND Canada. J’écris des articles depuis plus de 10 ans et j’adore partager mes connaissances. J’écris actuellement pour de nombreux sites Web et journaux. Toutes mes idées proviennent de mon style de vie très actif Je me tiens toujours très informer pour vous donner les meilleure information. Au cours de toutes mes années en tant qu’informaticien, je suis devenu un chercheur incroyable. Je crois que toute information doit être gratuite, nous voulons en savoir plus chaque jour. Vous pouvez me contacter sur notre forum ou par courriel à info@sind.ca.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *